« Certains gestes deviennent redoutables dans la solitude parce qu'ils acquièrent une valeur finale. Quand un homme tombe et qu'il est tout seul dans un champ, il ne sait pas à qui dédier sa chute. »
Etrange livre d’une errance initiatique, lente et mesurée. Lispector joue sur l’ambigüité permanente des paysages comme de ses personnages. Elle dissèque les pulsions et les non-dits à la manière du nouveau roman brésilien. Une œuvre de patience pour l’auteur comme pour le lecteur mais le style introspectif et les choix lexicaux sont aussi beaux que déroutants.

le-batisseur-de-ruines-3531942