Polar social ultra réaliste du bout du monde, un tout petit bout du monde noirci à la décadence libérale : le Nicaragua. L'improbable inspecteur Morales, ancien militant sandiniste, sorte de Colombo tropical boiteux en beaucoup moins compétent, enquête avec sa Lada bleue sur un meurtre dans un dédale de corruption et un chaos social burlesque où toutes les valeurs sont mises à mal : les ex révolutionnaires sont aussi thatchéristes que les juges sont hors la loi, les flics trafiquent pendant que les évangélistes délirent et que les politiciens empochent. Tout est oppressif : la moiteur, la religion, la hiérarchie, la pauvreté, la contestation, la violence. La question de fond posée par Sergio Ramirez est : comment être assez fou pour rester éthique malgré tout ? Ramirez joue l'empilement satirique et paradoxal des valeurs révolutionnaires et capitalistes dans un bourbier général où survivre est la seule option raisonnable.

Plus qu'un polar, c'est un documentaire désabusé sur l'état de féroce décrépitude d'un pays paralysé et d'un peuple écoeuré qui conclut : encore une révolution pour rien. Bien plus que la cynique galerie de portraits de ce livre d'une grande vitalité, c'est bien le Nicaragua qui en est le protagoniste central : un pays embourbé dont le peuple patauge. A lire à l'ombre, avec une bière Toña glacée, côté ventilateur.

il pleut sur managua