Ce n’est pas le bonheur le « souverain bien », mais la jeunesse.
Espérer tout obtenir sans en payer le prix, improviser l’existence comme une soirée sur la plage avec des copains et des jolies filles, se permettre toutes les ambitions comme on conduit pieds nus, avoir pour fidèle ami un corps qui encaisse tout, les excès comme la nonchalance, faire du hasard son complice en terrible opportuniste, tout réussir et tout faire briller. Boucler deux tours du monde avec ses frères et sa sœur en se prenant pour des enfants-rois, puis des ados invincibles… Mon empire pour quelques minutes de cette désinvolture-là. Sublime désinvolture.

Quelle trahison que l'âge : tout ce baratin du temps qui passe pour une sagesse soit disant gagnée. Si être jeune est une fougueuse tyrannie, une dictature superbe, alors vieillir c’est perdre ce pouvoir là : détrôné.
Je vais me faire une langouste au barbecue pour la peine
A Bahia Cholon, Colombie - 2013

 

phil & frères